Accueil > International > Violences impérialistes...

Violences impérialistes...

lundi 2 mai 2011

Violences des États impérialistes :

Entre loi de la jungle et loi de Lynch, ce sont toujours les travailleurs qui trinquent !

Déclaration de l’URCF

L’URCF attire l’attention de la classe ouvrière, des révolutionnaires, des démocrates, sur l’aggravation de la situation internationale, consécutive aux initiatives bellicistes et interventionnistes des pays impérialistes :

En Haïti, les États-Unis, la France dans son sillage, sont intervenus sans aucune pudeur dans le processus électoral pour imposer leur candidat, en dictant le résultat.

En Côte d’Ivoire, sans tenir compte des institutions légales, ils ont précipité le pays dans la guerre, et sont intervenus sous le couvert de l’ONU et de l’armée française, pour imposer par les armes un président dont la qualité principale est d’être dévoué au FMI, et pour emprisonner le président sortant.

Après avoir soutenu pendant des années les régimes antipopulaires en Égypte et en Tunisie, les mêmes gouvernements occidentaux et l’OTAN, avec une fois de plus le zèle hystérique du président Sarkozy, sèment la terreur en Libye. La résolution du Conseil de Sécurité, ingérence déjà inadmissible dans les affaires intérieures d’un État, est aujourd’hui considérée comme un chiffon de papier, et l’on assiste à une escalade militaire gravissime : Tripoli est bombardée jour et nuit, avec comme objectif l’assassinat de Kadhafi et de sa famille, comme viennent de le montrer les assassinats de son fils, de sa belle-fille et de ses trois petits-enfants.

Et maintenant, c’est l’assassinat, par les forces spéciales des USA, de Oussama Ben Laden au Pakistan. Il est clair que les communistes n’ont aucune sympathie pour un individu qui a été un des hommes liges de la CIA contre la révolution afghane. Mais pour autant, on ne saurait admettre que les relations internationales soient régies selon les méthodes de gangsters qui ont fait la réputation de Chicago pendant la prohibition, et qui furent celles que les puissances fascistes mettaient en œuvre dans les années trente. De la même manière, nous condamnons avec la plus grande vigueur les assertions, tant d’Obama que de Sarkozy, selon lesquelles « Justice serait faite » ! La justice n’est pas la Loi de Lynch ! D’autant que cette « opération » permet de faire taire un témoin gênant des opérations criminelles de l’impérialisme américain pendant les trente dernières années.

La crise générale que traverse le système capitaliste aujourd’hui avive la tendance des pays impérialistes à recourir à la guerre pour assurer leur position ou réclamer un nouveau partage du monde.

La lutte contre la guerre est un combat inséparable du combat pour renverser le capitalisme et pour la révolution socialiste. Dans une situation politique marquée par l’affaiblissement du mouvement révolutionnaire dans notre pays, les communistes doivent plus que jamais être à l’initiative pour faire surgir un puissant mouvement de la paix anti-impérialiste.