Accueil > Jeunes de l’URCF > Les 3 interventions de la JC lors du 4e Congrès de l’URCF - Partie (...)

Les 3 interventions de la JC lors du 4e Congrès de l’URCF - Partie 1

samedi 31 janvier 2015, par lmartens

Les 24 et 25 janvier s’est tenu, à Paris, le 4ème Congrès de l’URCF, en présence des représentants de "Communistes", parti avec lequel un processus d’unification est engagé, afin de donner naissance au Parti communiste révolutionnaire de France, dont la classe ouvrière a tant besoin.

Première intervention :

Chers camarades,

La Commission de préparation de la jeunesse de l’URCF (CP-JC) a été créée en mars 2014. Notre but, c’est de créer l’organisation de jeunesse communiste la plus puissante en France, forte idéologiquement, enthousiaste et héroïque. La tache essentielle de l’organisation est d’éduquer les jeunes dans l’esprit des idées du Marxisme-Léninisme et des traditions de la lutte révolutionnaire.

Les jeunes doivent savoir que le progrès technologique conduit à une baisse relative dans le besoin du travail vivant de la part du patronat et la demande en main-d’œuvre inévitablement diminue par rapport à la main-d’œuvre disponible, ce qui augmente la dépendance du travail salarié au Capital et aggrave son niveau d’exploitation.

Le milieu le plus favorable à nos idées reste aujourd’hui le milieu étudiant. Systématiquement, toutes les deux semaines nous organisons une distribution de tracts à l’université Paris 8. Des contacts ont été établis également avec les étudiants d’autres universités.

Nous suivons les activités des autres organisations des jeunes sur les réseaux sociaux et nous avons également eu des contacts avec des jeunes des quartiers populaires.

La prochaine étape, c’est de trouver un moyen d’approcher les jeunes travailleurs. Cependant, en matière de perversion de la conscience du prolétariat, l’invention particulièrement dangereuse de la bourgeoisie est le culte de l’argent. Ce mythe consiste à dire que le sens de la vie c’est de faire le maximum d’argent et d’améliorer ainsi la qualité de sa vie. Pour faire un petit peu plus d’argent le prolétaire doit se laisser exploiter encore plus, c’est-à-dire travailler plus dur ou plus longtemps. Dans tous les cas, c’est un échange de forces vitales et du temps de vie contre de l’argent. C’est ce que nous expliquons à tous ceux que nous rencontrons.

Parce que tout état capitaliste, quelle que soit sa forme de gouvernement, est une dictature de la bourgeoisie sur les classes exploitées, la condition nécessaire à la victoire de la révolution socialiste est la dictature du prolétariat, c’est à dire la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, qui lui permettra de supprimer toute résistance des exploiteurs sous toutes ses formes, ainsi que les tentatives pour rétablir cette exploitation.

Visant à rendre le prolétariat capable de remplir sa grande mission historique notre premier objectif est d’élargir le plus possible nos rangs, former chez les jeunes communistes une attitude de classe face à tous les événements de la vie, préparer dans nos écoles militantes les futurs cadres du parti communiste révolutionnaire.

Nous mettons inlassablement en œuvre les préceptes de Lénine selon lesquels : « L’Union de la jeunesse communiste doit être un groupe de choc qui, dans tous les domaines, apporte son aide, face preuve d’initiative et d’esprit vif ».

Vive la révolution prolétarienne, vive l’amitié entre les peuples, à bas le capitalisme.