Accueil > Jeunes de l’URCF > Les 3 interventions de la JC lors du 4e Congrès de l’URCF - Partie (...)

Les 3 interventions de la JC lors du 4e Congrès de l’URCF - Partie 2

samedi 31 janvier 2015, par lmartens

Les 24 et 25 janvier s’est tenu, à Paris, le 4ème Congrès de l’URCF, en présence des représentants de "Communistes", parti avec lequel un processus d’unification est engagé, afin de donner naissance au Parti communiste révolutionnaire de France, dont la classe ouvrière a tant besoin.

Deuxième intervention :

Camarades,

Comme l’a rappelé notre camarade de la Commission de préparation de la JC, nous avons entamé un travail de reconstitution d’une JC révolutionnaire parmi les différentes composantes de la jeunesse française ici à Paris. De quoi se compose la jeunesse française que l’on peut désigner par les 15-35 ans ?

- De jeunes scolarisés (notamment dans le supérieur),
- de jeunes travailleurs précaires (CDD),
- de chômeurs
- des marginaux (en transition ou clairement hors système).

Nous avons d’abord décidé de concentrer notre travail de conscientisation de la jeunesse sur les étudiants des quartiers populaires, en allant au contact des étudiants de l’université Paris 8.

A partir des contacts que nous avons pu nouer, une première leçon a pu être tirée : la crise du capitalisme dont ces jeunes ont toujours été victimes, qui se traduit par des conditions d’exploitations du travail durcies, cette crise n’a pas eu pour effet de renforcer les rangs des révolutionnaires. Pourquoi malgré de telles conditions objectives les jeunes des quartiers populaires n’ont pas massivement rejoint les rangs des communistes ? On peut citer 3 causes subjectives :

1) La bourgeoisie, par ces partis politiques et ses médias, s’emploie à diviser, désunir les classes laborieuse : instrumentalisation de l’islam fanatique, montée de l’antisémitisme, circulation des théories complotistes, exacerbation du sentiment communautaire et du racisme…

2) Le rôles des partis de gauches et des bureaucraties syndicales intégrés au système, qui ont détourné leurs aspirations ou carrément dégoûté ces jeunes de la politique

3) Le parti communiste révolutionnaire de masse qui seul pourra contrecarrer ces puissances régressives ne parvient pas à émerger du mouvement communiste révolutionnaire désuni.

L’effet de ces 3 causes a été et continue d’être un frein pour le développement de la conscience de classe parmi les travailleurs et leurs enfants.
De plus nos générations qui n’ont pas connu de parti communiste forts ici ou en Russie, sont en proie aux conceptions nihilistes qui pousse les travailleurs dans l’individualisme et le fatalisme

Dans les conditions actuelles, nous avons décidés de concentrer nos efforts dans les mois à venir sur la jeunesse étudiante populaire avec laquelle le contact avec nos idées est beaucoup plus aisé. L’objectif est de renforcer nos rangs avec des militants issus de quartiers populaires et qui sont inscrit à l’université. Notre action pratique s’articule autour de 3 axes :

1) Développer une propagande afin d’exprimer les revendications et de faire le lien avec la nécessité de renverser le capitalisme et la bourgeoisie

2) De distribuer régulièrement cette propagande sous forme de tracts et sur notre site web, afin de constituer une base de contacts.

3) D’organiser des réunions études en invitant ces contacts et de recruter les éléments les plus solides.

En parallèle, nous poursuivons notre formation théorique en programmant chaque mois des réunions internes consacrées à l’étude de concepts clés du marxisme. L’étude de l’histoire de l’URSS et du processus révolutionnaire est également une priorité dans la perspective du combat idéologique âpre qui attend les révolutionnaires contre tous les opportunistes du mouvement ouvrier.

Tous unis pour la renaissance du parti communiste révolutionnaires et de sa jeunesse combattante !